Problèmes de conservation principaux

Matériaux en contact (conservation problems linked to non-suitable materials in contact with artworks)

Une problématique récurrente de la conservation des papiers est liée aux matériaux qui sont placés en contact direct avec lui. Si leur nature est acide, cette acidité est transmise progressivement au papier. Celui-ci se fragilise dans sa structure, d'un point de vue chimique et progressivement, sur le plan mécanique (le papier tend à s'effriter). Cette altération est souvent accompagnée d'un jaunissement.

Conditions environnementales (environmental conditions)

Le papier est un matériau très sensible aux variations de température et d'humidité. Une succession de variations brusques peuvent, par exemple, générer des déchirures, la formation de plis, le soulèvement de la matière picturale en surface ou encore des modifications de format. L'alternance de rétractations/dilatations fragilise donc le papier et la technique graphique. Les périodes de transition entre les saisons, ainsi que de mise en route ou d'arrêt du chauffage, sont donc particulèrement sensibles. La combinaison de certains paramètres environnementaux peut en outre catalyser le développement de moisissures.

 

La lumière est un facteur environnemental à surveiller : un papier exposé de manière prolongée subit une altération intrinsèque (fragilisation), un jaunissement et une décoloration. Il n'est pas rare qu'un papier bleu exposé jaunisse ou que certaines couleurs de la technique s'affadissent, voire disparaissent.Cette dégradation est alors irréversible.

 

Bien des dégradations sont liées à l'oubli ou à la négligence, mais seraient facilement évitables en prenant des mesures dites préventives : choix de matériaux de qualité, options de montage pratiques et réversibles, observation régulière etc.


De part sa formation, le restaurateur du patrimoine s'engage à maintenir un haut degré d'exigence et une qualité lors de son intervention, selon les principes déontologiques reconnus par les musées européens.

 

Many degradations could be avoided if preventive conservation decisions were taken, concerning the choice of materials, the option of mounting, application methods as reversible as possible, regular observation and so.

 

From a serious and complete education, the Restorer of Cultural Heritage is committed to maintaining a high level of exigency and to assure quality of the intervention, following european and international principals of deontology recognized in the museums.

AIDEZ-NOUS !

Un métier en voie de disparition :

merci de signer la pétition

Cliquez ici